Le livre du vendredi : Appelle-moi par ton nom

appellemoipartonnom

de André Aciman et  traduit par Jean-Pierre Aoustin

Les vacances d’été, en Italie, au milieu des années 1980. Elio se prépare à reprendre sa routine estivale : plage, sieste, musique. Comme tous les ans, ses parents vont accueillir un auteur en résidence et, comme tous les ans, ce dernier va intégrer la vie de famille un petit temps puis repartir sans vraiment laisser de traces. Mais cette année, c’est Oliver qui descend du taxi et Elio sait que rien ne sera plus pareil.

Comme beaucoup, j’ai vraiment apprécié ce roman. Je ne vais pas dire que je l’ai adorer mais je l’ai lu d’une traite, sans pouvoir m’arrêter et c’est le signe qu’il y a quelque chose de très beau dans ce texte.

Aciman retranscrit l’été avec perfection. Que ce soit dans sa chaleur, sa lourdeur, sa paresse mais aussi dans ce qu’il représente aux yeux de la jeunesse : l’espoir, l’envie du changement étrangement mêlée aux rituels installés depuis l’enfance.

L’auteur retranscrit superbement les émois adolescents aussi. Je me suis reconnue en cet Elio et son train interminable de pensées qui tournent, se délitent, se contredisent. J’avais peur de me lasser d’être dans la tête de ce jeune homme mais je n’ai pas trouvé le texte pesant, au contraire, sa forme est idéale pour traiter un tel sujet.

Maintenant, j’ai très envie de découvrir le film puisqu’il a gagné l’Oscar de la meilleure adaptation, je pense qu’il complétera bien ma lecture. En tous cas, c’est un roman à découvrir en été : à mettre dans le sac de plage !

Marion

Publicités

8 réflexions sur “Le livre du vendredi : Appelle-moi par ton nom

  1. J’ai découvert cette histoire par le film, d’abord, qui est devenu, instantanément, un de mes préférés. La cinématographie est sublime et l’histoire, merveilleuse. Et puis, il y a quelques semaines, j’ai terminé le roman, mais en anglais. Quelle plume ! Être dans la tête d’Elio apporte une autre dimension encore, à tout ce récit. Je suis contente de voir qu’il commence à être connu en France aussi !

    J'aime

  2. je n’ai pas encore lu le livre, et je ne sais pas si je me lancerais. c’est toujours mon problème quand il y a eu une adaptation ciné et que je l’ai vue. j’ai peur d’avoir un « doublon » et donc aucune surprise. peut-être, à lire, dans quelques années.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s