Le livre du lundi: Tant que nous sommes vivants

tant que nous sommes vivants

de Anne-Laure Bondoux

Dans une ville grise où il n’y a pas de place pour le bonheur, où seule l’Usine qui pourvoit aux besoins de la Guerre en armes est l’employeur, Hama et Bo tombent amoureux. De catastrophe en catastrophe, la vie éprouve leur amour. La fuite devient un voyage, l’inconnu devient familier, les faiblesses deviennent des forces.

Ce roman de réalisme magique est très poétique. La plume mélodieuse de Bondoux fait vivre des métaphores : Bo et Hama vivent dans une société sombre dirigée par des autorités sans visage qui partent en guerre contre des pays sans nom. Au cœur de cette noirceur, le couple devient la représentation de ceux qui continuent de vivre, de rire, la résistance non armée. On retrouve l’archétype manichéen: « L’Ombre et la Lumière »; pourtant, en se concentrant ainsi autours des tourtereaux, Bondoux évite le cliché. Elle amplifie même l’impuissance de la population, du quidam, dans ce contexte abscons et donne à son histoire une dimension intemporelle, universelle et presque prophétique. La voix du narrateur, elle, est à la fois omnisciente et intime. Elle appartient à cette masse innocente et ignorante, à la mémoire commune et conte les drames humains et l’espoir d’une très jolie façon.

Sans adorer du plus profond de mon cœur, je me suis laissée emporter par le récit. Sans m’attacher vraiment aux personnages non plus, j’avais envie de connaître la suite, de comprendre leur destin. Mais même si la dimension fantastique du récit est très présente et que la magie vibre dans ces pages (bon, les rêves chamaniques c’est pas vraiment mon truc), je n’ai pas ressenti beaucoup d’alchimie entre cette lecture et moi. De plus, l’effet « boucle » du scénario ne m’a pas vraiment emballée: je trouve qu’il alourdit toujours l’histoire et rend la fin prévisible.

Cela dit, j’ai tout de même rencontré un bon écrivain et cela m’a donné envie de pénétrer un peu plus son œuvre.

Cette lecture est non seulement la première de l’année mais aussi la première a compter pour le Challenge Emprunts de Livres 2016! Ô joie! N’est-ce pas?

challenge emprunt 2016

 EDIT du 17 janvier 2016: Ce livre entre carrément dans le cadre du Challenge Littérature de l’Imaginaire! Au temps pour moi!

Littérature de l'imaginaire logo

Marion

Publicités

11 réflexions sur “Le livre du lundi: Tant que nous sommes vivants

  1. Pingback: Challenge: Emprunts de livres 2016 | The Bloomsbury Muffin

  2. Pingback: Challenge: Littérature de l’Imaginaire 4ème édition – présentation | The Bloomsbury Muffin

  3. Je l’ai dans ma PAL, comme toi je ne pensais pas que c’était du fantastique (en fait je l’ai acheté comme ça sans vraiment savoir de quoi ça parlait xD) en tout cas c’est bon à savoir et ravi de découvrir ton blog par la même occasion 😉

    J'aime

  4. Pingback: Le livre du vendredi: Et je danse, aussi | The Bloomsbury Muffin

  5. Pingback: TAG: Les couleurs – par PKJ | The Bloomsbury Muffin

  6. Pingback: TAG: Adieu 2016 – par PKJ | The Bloomsbury Muffin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s