Le livre du vendredi : Le Renard et la couronne

img_20190509_210436_078

de Yann Fastier

Ann, 10 ans, perd sa grand-mère au cours de l’été et se retrouve orpheline. Dérobée de ses maigres possessions par ses voisins, elle décide de partir pour la ville, Spalato, et se fait embringuée dans une bande de petits malfrats : sa seule chance de survie.

Je suis en colère contre ce roman.

 -.-.–.-.–.-.–.-.–.-.–.-. Attention : spoil ! -.-.–.-.–.-.–.-.–.-.–.-.

Je ne peux malheureusement pas vous expliquer pourquoi j’ai abandonné cette lecture sans spoiler son contenu donc si vous souhaitez encore découvrir ce livre, détournez le regard maintenant !

Ça commençait plutôt très bien :  une belle plume fine, riche et maîtrisée, une héroïne pleine de ressources, de l’action en abondance ! J’étais très heureuse de me plonger dans cette aventure qui commence en Dalmatie (que je ne connaissais pas !) et en 1900 (une de mes époques favorites en fiction !).

Et puis. Comme ça, sorti de nulle part : le viol.

Ce n’est pas une scène très détaillée mais elle reste très explicite et dérangeante car tout à fait gratuite. Elle surgit à la fin du premier tiers : Ann a 20 ou 21 et ne vit plus dans la rue mais dans une maison bourgeoise avec ses parents adoptifs, elle vient de se fiancer. On avait très bien compris que l’homme qu’elle fréquentait était louche et peut-être même malhonnête alors pourquoi cette scène ? Pour nous montrer qu’il veut avoir une emprise sur elle ? Il y avait mille autres façons plus subtiles et bien moins perturbantes de le faire.

Et qu’on ne me réponde pas qu’Ann en sort plus forte, que grâce à cela elle deviendra une femme résistante, courageuse parce que, tout ça, Ann l’était déjà : elle a survécu à la rue, à la faim, au froid, à la violence ! Elle n’avait pas besoin d’en passer par là pour devenir un modèle de force et de ténacité, aucune femme, fictive ou non, n’a besoin d’en passer par là pour le devenir, jamais. Et cette banalisation du viol me choque. Il faut dénoncer le viol, il faut le combattre en éduquant les gens, il ne faut pas le minimiser mais il ne faut surtout pas le banaliser. Ce que la fiction (roman ou TV) a tendance à faire en ce moment et qui me peine beaucoup. Il peut y avoir des hommes méchants qui ne soient pas des violeurs et il peut y avoir des héroïnes puissantes qui n’ont pas été victimes d’agressions. Ce schéma commence à m’énerver.

De plus, la réaction d’Ann n’est pas du tout crédible. Elle met du temps à comprendre vraiment ce qui lui ait arrivé, ce qui est vraisemblable, mais lorsqu’elle s’en rend compte, sa réaction équivaut à un « Oh flûte alors ! » et l’auteur l’entraîne sans attendre dans des péripéties à n’en plus finir pour qu’elle n’ait pas le temps d’y penser, pour que nous, lecteurs, n’ayons pas le temps de digérer, pour minimiser l’acte. Alors pourquoi l’écrire du tout ?

Peut-être que cette scène sert l’intrigue plus tard, peut-être qu’elle permet un retournement de situation génial mais, en fait, je m’en fiche. Après cela, j’ai lu encore deux ou trois chapitres puis j’ai renoncé. Les mots, les rebondissements, tout me paraissait quelconque, d’autres lectures m’attendaient et je n’ai pas pu pardonner à l’auteur d’avoir été si mesquin. Dommage.

Marion

 

 

 

 

8 commentaires sur “Le livre du vendredi : Le Renard et la couronne

  1. Le roman était dans ma wish list pour sa couverture que je trouvais très belle, mais qui ne laisse pas vraiment prévoir qu’un thème aussi dur que le viol serait abordé/banalisé…

    J'aime

  2. Ok, donc clairement non… Ça me rappelle « Apocalypsis » où l’auteur, qui est une femme, justifie le viol de son personnage principal en disant que c’était pour la rendre plus forte… Et le pire, c’est que c’est récurrent dans la littérature. Je comprends que tu aies abandonné.

    J'aime

  3. Merci pour ton avis. Ce livre me tente beaucoup grâce à sa belle couverture et je voulais en savoir un peu plus avant de me décider à l’acheter. Mais je passerais mon tour car ce que tu expliques va très certainement me déranger aussi. Comme tu dis, le viol il ne faut pas le minimiser mais pas le banaliser non plus et une héroïne n’a pas besoin de ça pour devenir/être forte !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s