Le livre du vendredi : The Priory of the Orange Tree

img_20190417_112631_868

de Samantha Shannon

Dans ce monde fait de magies cachées, de dragons déifiés ou honnis, et de pestes mystérieuses, les peuples sont divisés : différentes religions, coutumes et philosophies les séparent et une haine mutuelle est née de ces contrastes. Pourtant, ces nations vont devoir trouver le moyen de s’unir face à la plus grande menace qu’elles aient eu à affronter en un millénaire : The Nameless One, le plus monstrueux des dragons cracheurs de feu, le destructeur de monde revient.

Je l’ai fini ! ! J’ai commencé ce pavé mi-juillet ! Malgré sa taille, je pensais vraiment le finir pendant mes quinze jours de vacances mais j’ai eu les yeux plus gros que le ventre, apparemment !

Pourtant ce livre est vraiment très bon : l’univers est bien établi, les personnages bien plantés et l’atmosphère immersive. On plonge dans une épopée assez magistrale et pleine d’aventures en suivant des héroïnes courageuses, brillantes et volontaires.

Le déroulement de l’intrigue est assez simple et la fin ne comporte pas de surprise, ce qui fait que la lecture peut sembler longue. Mais l’exercice est très bien réalisé et le résultat réussi : le style coloré et précis de Samantha Shannon convoque de belles images chez le lecteur et la structure de son récit fonctionne parfaitement.

Encore trop exceptionnel pour ne pas être mentionné : j’ai aimé, bien sûr, que ce roman de Fantasy médiévale soit écrit par une plume clairement féministe, ouverte à la communauté LGBTQA+ et volontairement révolutionnaire (autant qu’un roman de fantasy puisse l’être, du moins ! ).

Une bonne lecture et un beau modèle de Fantasy qui aborde tout de même des sujets contemporains. Je l’ai lu en anglais et ne le conseille qu’à ceux qui sont à l’aise dans l’exercice. Pour les autres, il sort en VF au mois d’octobre !

Marion

5 commentaires sur “Le livre du vendredi : The Priory of the Orange Tree

    1. Oh ouiiii ! j’espère que tu l’aimeras autant que moi 🙂
      Oui, ce que j’ai aimé ici, c’est que la question lgbt n’est pas au centre du roman, elle est représentée comme une normalité, comme un acquis (ce qu’elle devrait être de façon général, à mon avis, mais il y a encore du chemin à faire de ce côté-là et ce genre de roman aide énormément la cause !).

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s