Le livre du vendredi: Le Pays des rêves oubliés

le pays des reves oubliés

de Lavinia Petti, traduit par Laurent Lombard

Voici l’incroyable voyage d’un écrivain qui part à la recherche de ses souvenirs.

Merci aux Editions Seuil et à Babélio pour ce partenariat!!

J’ai failli ne pas y arriver les Muffins! J’ai bien cru que j’allais dépasser les délais imposés par Babélio pour rendre ma chronique! Mais nous y voici! Ouf!

Ce livre est décrit comme étant à la frontière d’Alice au pays des merveilles et L’Ombre du vent de C. R. Zafon, j’étais donc très heureuse de pouvoir le lire et j’avais hâte de m’évader dans ce pays mystérieux! Mais quelques chose n’a pas pris et j’ai beaucoup peiné pendant ma lecture.

Tout d’abord, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire, il m’a fallu presque dix chapitres pour réussir à m’orienter dans ce récit et à m’intéresser aux personnages. Il faut dire qu’au départ j’étais souvent déconcentrée: certaines phrases étaient trop bancales et me sortaient de ma lecture. Je ne sais pas si c’est dû à la traduction ou si le texte original devait être rendu de cette manière mais je n’ai pas trop aimé. Puis, une fois que j’ai arrêté de trébucher sur la grammaire, c’est le style de l’auteure que j’ai trouvé difficile: des phrases très longues et énormément de redites.

Pourtant, il y a plein de belles choses dans ces pages! De l’humour, beaucoup d’imagination et une structure intéressante. J’aurai apprécié les entrelacs entre le réel, l’imaginaire et l’inconscient et le soucis de précision dont fait preuve Petti pour placer ses indices et ses références, si je n’avais pas eu l’impression de passer ma vie à lire ce livre sans avancer d’un iota. Non pas qu’il ne se passe rien dans l’histoire, les péripéties sont nombreuses et rythmées mais j’avais l’impression qu’elles ne se termineraient jamais.

J’ai même trouvé quelques jolies phrases dans ce foisonnement de mots:

Parce que c’est ça le prix du bonheur mon Trésors. Accepter de le perdre.

*

Quand on est enfant, croire est un devoir… surtout croire ses parents.

C’est très dommage mais cette lecture me laisse un goût doux-amer, j’ai clairement l’impression d’être passée à côté du livre mais sans vraiment arriver à savoir si cela vient de lui ou de moi.

Il entre tout de même sans le challenge Littérature de l’imaginaire!

litterature-de-limaginaire-2016-logo-3

Marion

 

Publicités

3 réflexions sur “Le livre du vendredi: Le Pays des rêves oubliés

  1. Ha, je t’avoue que ton avis me réconfort un peu : je l’ai commencé il y a 2 semaines, et arrivée difficilement à 150 pages, je l’ai posé sur ma table de nuit, et il n’en a pas bougé depuis 😀

    Comme toi, le style me paraît lourd et ampoulé par moments…alors il y a plein de jolis passages oui, mais j’ai vraiment du mal à m’attacher à l’univers loufoque dans lequel on bascule, ou même au personnage et à sa quête.

    J'aime

  2. Pingback: Challenge: Littérature de l’Imaginaire 5ème édition – Présentation | The Bloomsbury Muffin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s