Le livre du vendredi: La Couleur du lait

La_couleur_du_lait

de Nell Leyshon

En cette année 1831, Mary, une fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible et sévère, en bref, une vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset.
Simple et franche, lucide et impitoyable, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée travailler chez le pasteur Graham, afin de servir et tenir compagnie à son épouse, femme fragile et pleine de douceur.
Elle apprend avec elle la bienveillance, et découvre avec le pasteur les richesses de la lecture et de l’écriture.. mais aussi l’obéissance, l’avilissement et l’humiliation. Finalement, l’apprentissage prodigué ne lui servira qu’à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Et son implacable confession.

C’était le livre du Club de Lecture du Petit Pingouin Vert pour le mois de mai. J’avais voté pour lui mais bon…

Je m’attendais à une histoire à mi-chemin entre La Jeune fille à la perle de Tracy Chevalier et The Miniaturist de Jessie Burton et je me suis bien trompée!

Certes, on retrouve cette ambiance particulière: il y a 200 ans, une fille simple et sans éducation se retrouve confrontée au service dans une maison bourgeoise. Le choc de passer des travaux paysans à des corvées domestiques, de la pauvreté à l’opulence mais aussi l’élément commun aux deux milieux: la dureté de la vie. Et dans La Couleur du lait, l’atmosphère est très bien rendue. La nature est omniprésente, le texte crée des images mentales très claires de ce qu’est la vie pour la jeune Mary, les mains gercées, l’odeur de la cire pour les sols, la nostalgie.

On ressent aussi l’évolution de Mary: elle écrit ce texte après être entrée au service du pasteur, après avoir appris à lire et à écrire. Elle garde ses expressions paysannes dans les dialogues mais écrit et décrit les scènes et les paysages d’un langage plus littéraire. Ce travail de Leyshon est assez intéressant.

La tension est bien construite elle aussi. Depuis le début, Mary nous dit qu’elle écrit dans un but précis. Elle nous le rappelle souvent en répétant qu’elle n’a pas envie de le faire mais qu’il le faut. Cependant, j’ai été énormément déçue par la tournure qu’on pris les choses. Spoile: j’en ai juste marre de lire des scènes de viol! Comme si on ne pouvait pas raconter la vie d’une fille et la rendre intéressante sans que la malheureuse subisse ce genre d’atrocités! Je ne m’y attendais pas et je n’avais pas envie de tomber sur ce genre de scénario à la fois abominable et trop facile de la part de l’auteure.

En fait, c’est un livre d’une tristesse infinie. Je m’attendais à un peu d’espoir, une moralité pertinente, une leçon de vie mais j’ai eu tout l’inverse. Tant pis.

Peut-être qu’en discuter avec les autres membres du club m’aidera à l’apprécier un peu plus?

petit pingouin vert bookclub

Marion

Publicités

13 réflexions sur “Le livre du vendredi: La Couleur du lait

  1. Je l’ai terminé hier et j’en suis ressortie mitigée.. J’ai aimé sans aimer et je suis tout à fait d’accord avec ce que tu as mis en spoiler..
    C’est poignant comme témoignage, mais à la fois pas folichon… Je vais avoir bcp de mal à en faire une critique…

    J'aime

  2. Comme tu dis, le scénario est facile. J’avais deviné ce qui m’attendais avant d’ouvrir le livre, et l’autre « surprise » de la fin assez vite. Mais j’ai aimé comment cela était traité car Mary est une jeune fille qui a l’air forte avec son caractère bien trempé, sa franchise. Au fil de ma lecture, j’ai été plutôt agréable surprise par sa personnalité. Ensuite, j’ai trouvé sa réaction plutôt tardive, mais ça se comprend vu le contexte. Il n’y a pas de moralité, sauf peut-être que même en ayant du caractère et de l’intelligence, on peut être victime d’injustice, finir par se taire… Et même si c’est historique, j’y ai trouvé une résonance actuelle. (j’essaie d’expliquer mon point de vue sans spoiler, dur dur^^).

    J'aime

    • Je te comprends ^^ Et je suis d’accord, Mary m’a beaucoup touchée aussi, je la trouve très bien travaillée. C’est un des points positifs de ce roman! J’ai juste l’impression que l’auteure tenait un potentiel énorme dans ses mains: bons personnages, cadre historique crédible, de belles descriptions, mais elle n’a pas assez approfondi le tout et ses choix scénaristiques gâchent le reste. Et tu as encore raison, il y a une vraie résonance avec notre époque. En fait, je pense que toutes les femmes pourront s’identifier à Mary 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Pingback: 2 # Le Club de Lecture Du Pingouin Vert – Le Petit Pingouin Vert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s