Le livre du lundi: Animale, la malédiction de Boucle d’Or

Animale dixen

de Victor Dixen

1832, Sainte-Ursule, un couvent stricte, austère et froid perdu en Moselle où une mystérieuse jeune fille appelée Blonde, a grandi. « Blonde » à cause de la surnaturelle couleur de ses cheveux et parce qu’une orpheline sans le sou ne vaut pas mieux qu’un animal domestique qu’on nommerait d’après la couleur de son pelage. À la différence de ses camarades qui se marieront à la fin de leurs études, Blonde ne peut espérer une vie en dehors de ces murs sombres et tristes. C’est ce dont elle est persuadée jusqu’au soir où un vieil homme vienne lui remettre un dossier qui contient l’histoire de son passé, le dossier qui va chambouler son avenir.

Je dois avouer que je ressors de cette lecture avec des sentiments contradictoires.

J’ai aimé que cette réécriture de conte fasse hommage à l’art de la transmission orale et écrite: la majorité de l’histoire de Dixen est un patchwork de journal intime, de lettres et de souvenirs racontés, retranscrits et collectés. Une grande partie du récit est rapportée au narrateur et, à travers lui, aux lecteurs, changeant sans cesse de source, de point du vue et renforçant le côté « conte d’antan au coin du feu » que possède cette histoire. J’ai aimé le rythme et la tension instaurés au début du roman. Sans m’attacher entièrement à Blonde, je l’ai suivi volontiers dans sa quête de vérité et de liberté. J’ai aimé les mystères qui entouraient sa naissance et sa famille. Et j’ai bien apprécié le style de Dixen : tantôt précis à l’extrême dans les détails historiques, tantôt plus léger et moderne.

Mais d’une part, je ne me suis pas du tout laissée emporter par la romance, beaucoup trop improbable à mon goût. C’est un conte de fée, certes, mais c’est surtout une réécriture moderne et si j’ai bien aimé que l’auteur garde quelques archétypes (la malédiction, la vieille sorcière, le remède miracle), en 2015 l’histoire d’amour est un des éléments qu’on attend au tournant et pour moi, ça n’a pas fonctionné, je ne me suis pas investie dans cette partie du récit.

Et d’autre part, même si le début du roman est assez statique, ce qui n’est pas gênant car cela permet de faire monter la tension et le mystère, à compter de la troisième partie (il y en a quatre dans le livre), au moment-même où l’action se met réellement en mouvement, Dixen m’a perdue. Je n’ai pas adhéré au point de vue qui commence ce segment et j’ai trouvé que le texte devenait désagréablement répétitif. Je me suis malheureusement senti me détacher du récit et de l’avenir de Blonde. Peut-être que je n’ai tout simplement pas aimé la direction qu’avait pris l’histoire ? Je ne sais pas trop. Le reste du texte ne m’a ni enchanté, ni trop surpris alors que j’aurais tellement voulu me laisser captiver et charmer par ce livre. Peut-être que je lui avais mis trop de pression avant même de commencer ma lecture ? Peut-être que je le relirais plus tard et que l’étincelle prendra ?

Pour autant, je ne peux pas dire que c’est une réelle déception et j’ai apprécié une grande partie de ma lecture… N’hésitez surtout pas à ma dire ce que vous en avez pensé, ça m’aidera peut-être à y voir plus clair!

Marion

Publicités

5 réflexions sur “Le livre du lundi: Animale, la malédiction de Boucle d’Or

  1. Pingback: Le top 5 de ma Wishlist | The Bloomsbury Muffin

  2. Pingback: TAG: Disney Book Tag | The Bloomsbury Muffin

  3. Pingback: Le livre du lundi: La Prophétie de la Reine des neiges | The Bloomsbury Muffin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s