Variations sur un air de Jane Austen

OLYMPUS DIGITAL CAMERAVous l’avez compris, nous sommes de grandes fans des œuvres de Jane Austen… et nous ne sommes pas les seules. Ses romans ont inspiré un bon nombre de « produits dérivés » plus ou moins de bon goût : des films et des séries bien sûr mais aussi beaucoup de livres : des suites, des transpositions à l’époque moderne, des romans policier ou encore le point de vue des héros masculin.

Il faut bien l’avouer, parmi ces ouvrages, rares sont ceux qui sont de véritables réussites et je gage que Jane Austen doit se retourner régulièrement dans sa tombe en voyant toutes les horreurs infligées à ses personnages.

Mais certains romans tirent quand même leur épingle du jeu et en voici deux qui ont réussi à me séduire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAJane Austen et moi d’Emma Campbell Webster.

Il faut bien l’avouer j’étais très très sceptique en attaquant ce bouquin. Déjà parce que je ne suis pas fan des « livres-dont-vous-êtes-le-héros » (j’aime qu’en littérature les choix se fassent pour moi) et ensuite parce qu’en s’attaquant à Jane Austen que je vénère, cet ouvrage ne partait pas gagnant. Mais comme ce livre était un cadeau je me devais de lui donner sa chance.

(Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le principe des « livres-dont-vous-êtes-les-héros » cela démarre comme un roman classique mais à la fin de chaque paragraphe on vous pose une question ou vous devez faire un choix. En fonction de votre décision vous êtes envoyé vers un autre paragraphe. Il y a donc plusieurs cheminements et fins possibles).

Je ne vous cache pas que j’ai failli jeter le livre par la fenêtre dès les premières pages. Le style n’est pas incroyable, il y a des erreurs dans la pagination (vous n’atterrissez jamais au bon endroit) et surtout, en ayant lu tous les romans de Jane Austen, j’avais tendance à faire les choix les plus « logiques » avec l’impression au final de relire Orgueils et Préjugés ou Raison et Sentiments en moins bien.

Mais bon, je laissais quand même le roman sur le coin de ma table de nuit et de temps en temps je reprenais là où je m’étais arrêtée, ou alors je revenais en arrière, ou je ré-ouvrais le livre au hasard. Progressivement j’ai commencé à faire des choix vraiment au hasard, sans tricher. Et la magie a opérée : j’ai accroché !

Ce n’est pas le roman du siècle on est d’accord et pourtant l’auteure arrive à jouer avec les personnages et les intrigues des différents romans pour créer de nouvelles possibilités avec beaucoup d’habileté et de finesse.  Lorsque les personnages de romans différents se rencontrent, j’ai d’abord crié au scandale, et finalement je les ai observé interagir entre eux et je me suis dit « après tout pourquoi pas ? ».

De plus, l’auteure mêle de nombreux romans de Jane Austen (dont mon choucou Mansfield Park) et ne se contente pas des romans les plus célèbres, ce qui est une vraie valeur ajoutée selon moi.

Il faut donc beaucoup d’ouverture d’esprit pour accepter de désacraliser Jane Austen mais le jeu en vaut la chandelle !

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOrgueils préjugés et zombies de Seth Grahame-Smith

Alors là par contre j’ai été tout de suite séduite ! Comme le titre l’indique, ce roman reprend l’intrigue  d’Orgueils et Préjugés en rajoutant… des zombies.

Il faut savoir que j’adore tout ce qui tourne autour des zombies (films, séries, etc.) et que du coup le concept de base me plaisait déjà bien.

C’est dans une Angleterre assez sinistre que l’on retrouve les personnages de Jane Austen qui doivent faire face à des attaques très fréquentes de morts vivants qui sortent de terre dès que celle-ci est assez molle. Au programme des zombies, des combats et du dévorage de cervelle à haute dose.

Les filles Bennet manient les armes blanches avec une très grande dextérité après une formation intensive en Chine dès leur plus jeune âge chez un illustre professeur d’arts martiaux. A elles cinq, elles constituent « le pentagramme de la mort », une formation de combat réputée dans la région et qui ne laisse aucun chance aux zombies. Darcy est lui aussi un combattant émérite et ce sont les talents guerriers d’Elisabeth qui vont le séduire. Les décors et les costumes sont également saupoudrés de détails « orientaux » mêlant traditions chinoises et japonaises.

Le style de l’auteur se mêle plutôt bien au texte original de Jane Austen qui est conservé en partie.

Encore une fois il faut vraiment avoir l’esprit ouvert mais le résultat est vraiment hilarant. On retrouve l’ironie malicieuse de Jane Austen dans un univers violent, gore et complètement décalé. Les personnages apparaissent sous un nouvel angle absolument délicieux. Bref pour moi c’est une réussite !

Retrouvez tous nos avis sur les œuvres en lien avec Jane Austen ici.

Publicités

4 réflexions sur “Variations sur un air de Jane Austen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s