« Pourquoi tu lis? »

we read coz

Voici une question que les amoureux de littérature entendent assez régulièrement. Elle est généralement posée avec un léger dédain par quelqu’un qui ne s’imagine pas perdre son temps entre les pages d’un livre. Et parfois, rarement, si on a de la chance, par une personne prise d’un réel désir de connaître les raisons qui nous ont poussé vers ce hobby, ou plutôt, qui font qu’on le garde.

Au premier je réponds simplement par une autre question « Tu aimes le chocolat/le foot ? », hochement de tête de mon interlocuteur, et moi : « Pourquoi ? », haussement d’épaules ou regard suffisant « bah parce que c’est bon/cool» (on remarquera le manque de vocabulaire de ce fat illettré). Et moi de poursuivre « et bien voilà, je lis parce que c’est cool, j’aime ça ». Et la discussion s’arrête là (à mon plus grand soulagement et probablement celui de mon interlocuteur) cela ne rimerait à rien d’aller plus loin.

 Dans le deuxième cas, tout d’abord, je me réjouis d’avoir rencontré un être humain sympa. Ensuite je m’ouvre à lui.

Je lui fais grâce de mes réminiscences de petite fille et comment je lisais minimum trois romans par semaine dès mes 8 ans ou le récit de tous les mercredi après-midis passés à la bibliothèque avec ma mère instite. C’est mignon mais aussi prévisible qu’un levé de soleil. Non.

Je lui dis qu’en plus de m’amuser comme une folle, lire me transporte le cœur et le balade sur un spectre d’émotions beaucoup plus large que ce que la vie de tous les jours permet d’expérimenter. Je lui raconte aussi le plaisir de voir les couleurs, de sentir les parfums, de ressentir les sensations que provoque une belle description. Car lire fait appel à la plus grande force des humains : l’imagination. Les mots que nous lisons poussent les boutons et tirent les leviers de notre cerveau, déverrouillent des portes secrètes dans notre esprit. Ce ne sont que des histoires fictives ? Ce n’est pas réel ? Pourtant les larmes que je pleure, mes éclats de rire sont réels, eux. L’imagination ne doit jamais être sous estimée ou délaissée. Je ne vois pas pourquoi des choses comme la Théorie des Cordes ou la découverte de l’Univers, toutes deux études aussi phylosophico-métaphisiquement impalpable l’une que l’autre et pourtant jugées très sérieuses, seraient considérées plus réelles que les histoires fictives avec lesquelles j’ai grandie, je me suis construite et forme encore aujourd’hui ma personnalité et ma vie.

Je continue en disant que lire fait bouillir mon cerveau de mots nouveaux, d’expressions qui me sont étrangères, de traits de caractères insoupçonnés, d’idées neuves et de points de vue. Lire entretient mon intelligence, ma force d’esprit, mon sens critique, mon sens moral. Lire fait de moi un meilleur être humain.

 Ensuite, si cette personne ouverte d’esprit qui m’a posé la question m’écoute toujours, je lui fais comprendre que je ne suis pas une handicapée sociale. Je ne lis pas parce que je n’ai que ça à faire ou qu’il ne me reste que ça pour mettre du piment dans ma vie. Malgré certaines expressions semées sur la blogosphère littéraire, je ne lis pas pour fuir la réalité ou pour tromper ma solitude. J’ai des amis, une famille, des amours, je voyage. Oui je suis introvertie (et ce n’est pas un défaut, c’est juste un fait) et non je ne fais pas la fête tout le temps mais j’ai un millier de projets et la volonté de les voir se réaliser. Et ces projets ne sont pas sans lien avec tous ces livres qui ont éveillé ma curiosité, ces personnages qui m’ont donné envie d’avancer, de m’aventurer dans la vie.

Au lieu de me cacher du monde comme peuvent le penser certains, lire est ce qui me permet d’y vivre pleinement. Lire me donne du courage.

Enfin, je termine ce long monologue par ce simple fait: je lis parce que j’aime ça. Et j’ose croire qu’ à ce moment là, à l’inverse du fat illettré de tout à l’heure, mon nouvel interlocuteur curieux et attentif comprend la véritable profondeur de cet aveux.

Marion

Article initialement publié le Jeudi 11 décembre 2014

Publicités

Une réflexion sur “« Pourquoi tu lis? »

  1. Pingback: « Pourquoi je lis.  by Lucie | «The Bloomsbury Muffin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s